dimanche 18 décembre 2016

À l'hopital

Vendredi matin on quitte Baños en direction d'Ambato. Mais dans le bus, sans préavis, une crise de pierre aux reins nous a refait changer de plan.
Alors aussitôt arrivés à Ambato, un taxi nous mène au premier hôtel qu'il connaît question d'y laisser nos bagages, puis on part à la recherche d'un hôpital.  Heureusement l'hôpital général est presqu'à côté. Mais ils ne peuvent rien faire à part soulager la douleur alors que Luc avait déjà pris son anti-douleur (il en garde en permanence sur lui, bonne idée), on va donc à la clinique privée d'en face...
Une tomographie (ou urotrac) indique qu'à l'embouchure de la vessie (presqu'à la fin de l'uretère), une grosse pierre ne veut pas passer son chemin... 
Avec tout ça il est presque 22 heures, alors un rendez-vous est fixé pour samedi matin avec un urologue.  Luc devra passer sous un bistouri... :/

Samedi matin, l'urologue confirme le tout et suggère une endoscopie (une caméra qui localisera précisément la pierre), avec installation d'un "double-J (qui est un genre de boyau qui servira au transit de la pierre fracturée et à protéger l'uretère de l'inflammation), accompagnée d'une lithotripsie (des ultrasons qui brisera la pierre en morceaux). Mais le doc n'a pas son équipement complet ici à Ambato... Alors il nous suggère d'attendre au lendemain, ou de partir en direction de Quito pour un traitement ce jour-même. Il offre également de nous y amener avec sa voiture (c'est 2 heures de route quand même !). De toute façon, il demeure à Quito. Super gentil le doc !

La décision n'est pas difficile à prendre, le samedi pm, on se remet en (re) route, pour Quito cette fois. La Clinique Pasteur nous soulage de quelques dollars en préparant l'hospitalisation. L'opération se fera à 19h. Alors c'est aussi décidé, je couche à l'hôpital.

19h, Luc part au bloc. Et j'attends.

20h30, l'urologue vient m'informer que tout s'est bien passé. La pierre était tres grosse. Il en a profité pour retirer un peu de calcification près de la pierre. Luc sera de retour dans la chambre très bientôt.
Et en effet, l'animal revient en pleine forme, mais sans sensation depuis le nombril jusqu'au bout des orteils. L'épidurale fera effet encore quelque temps.

La nuit se passe ainsi, entrecoupée de visites du personnel pour changer le soluté.

Ce dimanche matin, Luc a recouvré toutes ses sensations au corps, mais pas de douleur. À peine un peu étourdi. Et pas d'envie (ce que le personnel aimerait bien qu'il fasse).
On attend la visite du doc qui devrait lui donner son congé, et prévoir une visite de contrôle, et une deuxième visite dans 10 jours pour retirer le "double J".

L'histoire est donc à suivre encore une fois.
Pour ce qui est de la ville d'Ambato, la ville des fleurs et des fruits, on va tout croire sur parole parce qu'on n'y retournera pas. Souvenez-vous, on est attendus à Cotacachi dans quelques jours pour notre prochain gardiennage ! Alors Luc se doit d'être en forme !!!

Marie France 


P.S. ... Un mot de Luc
L'urologue n'avait pas l'équipement nécessaire pour me faire la lithotripsie à Ambato. Il a été super aimable en nous amenant (MF et moi) dans son véhicule privé d'Ambato à Quito (la capitale) = 2hrs de route, hier pm. La litho a été faite en soirée, sous anesthésie régionale. Ça m'a permis d'ëtre conscient et de voir toute la procédure et le staff à la salle d'opération qui gravitait autour de moi. Une belle expérience, malgré tout. MF et moi, on a passé la nuit dans la chambre d'hôpital et on y est encore. On attend l'urologue qui devrait venir vers 11 am, pour éventuellement me donner mon congé.... Luc

Re P.S. On attend que Luc recoive son congé d'une minute à l'autre. On va aller dormir dans un hotel de Quito, etdemain, on repart en bus direction Cotacachi. Luc suppose qu'il se sentira en grande forme après une vraie bonne nuit. J'ai confiance :)

Sur l'image de droite (en rouge) c'est le bassin et la vessie qu'on voit. Vous devriez voir une petite flèche qui pointe la pierre qui était presque sortie de uretère, mais elle n'aurait probablement pas sorti toute seule. 
In the image on the right (in red) it is the pelvis and bladder. You should see a small arrow pointing at the stone that was almost out of the ureter, but it probably would not have come out on It's own.
À la clinique Pasteur, Luc est traité aux petits oignons 

Friday morning we left Baños in the direction of Ambato. But on the bus, without notice, a kidney stone crisis made us change our plan.
Then, as soon as we arrived at Ambato, a taxi took us to the first hotel he knew,  left our luggage, and then we went to a hospital. Fortunately the general hospital was almost next door. But they do nothing but relieve the pain while Luke had already taken his pain relief (he keeps it constantly on him, good idea), so we go to the private clinic the other side of the street ...
A tomography (or urotrac) indicates that at the border of the bladder (near the end of the ureter), a large stone does not want to pass its way ...
With all that it is almost 22 hours, then an appointment is fixed for Saturday morning with a urologist. Luc will have to go under a knife ... : /

Saturday morning, the urologist confirms the whole and suggests an endoscopy (a camera that will precisely locate the stone), with installation of a double-J (which is a kind of casing that will serve for the transit of fractured stone and to protect the ureter of the inflammation), accompanied by lithotripsy (ultrasound that will break the stone into pieces) But the doc does not have its complete equipment here in Ambato ... So he suggests us to wait overnight , or to go to Quito for a treatment that day, and to bring us with his car (it's a 2 hour drive !) Anyway, he lives in Quito. So kind the DOC !

The decision is not difficult to take, on Saturday pm, we go back to (re) road, to Quito this time. The Clinique Pasteur relieves us a few dollars by preparing the hospitalization. The operation will be at 19h. Then it is also decided, I sleep in the hospital.

19h, Luc goes to the block. And I'm waiting.

20h30, the urologist comes to inform me that everything went well. The stone was very large. He took the opportunity to remove a little calcification near the stone. Luc will be back in the room very soon.
And indeed, the animal returns in full form, but without sensation from the navel to the tips of the toes. The epidural will still be effective for some time.

The night is spent in this way, interspersed with visits of the staff to change the solution (kind of water and salt).

This Sunday morning, Luc recovered all his sensations to the body, but no pain. Cool ! Just a little dizzy. And no envy (what the staff would love to see).
We are awaiting the visit of the doc who should give him his leave, and plan a visit of control, and a second visit in 10 days to remove the "double J".

The story is to be followed again.
As for the town of Ambato, the city of flowers and fruit, we will take our word for it because we will not go back. Remember, we are expected in Cotacachi in a few days for our next guarding! So Luc must be in shape !!! 

Marie France

P.S. A word from Luc... 
The urologist did not have the equipment to do the lithotripsy at Ambato. He was very kind by bringing us (MF and I) in his private vehicle from Ambato to Quito (the capital) = 2hrs drive yesterday pm. The litho was done in the evening, under regional anesthesia. It allowed me to be conscious and see the whole procedure and the staff in the operating room that gravitated around me. A great experience, despite everything. MF and I spent the night in the hospital room and we're still there. We are waiting for the urologist who should come around 11 am, to eventually give me my leave... Luc

Re P.S. We are waiting for Luc to be discharged from one minute to the next. We go to sleep in a hotel in Quito, and tomorrow we will leave by bus to Cotacachi. Luc assumes that he will feel great after a real good night. I am confident. MF


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

MF et Luc, gardiens de maisons / homesitters / cuidadores de casas