samedi 29 septembre 2012

Il est temps... - Henry James

« Il est temps de vivre la vie que tu t'es imaginée. » Henry James

 
 


 


Aujourd'hui est mon jour favori...
 
 
 
Je n'aurais pas pu mieux dire :-)
 
 
 
 
 

À Quizarra, il y a une école, 2 dépanneurs (TRÈS sommaires, dont un est sur la route entre notre ferme et le 'centre du village', le 2e se trouve au village) et un bar. Parait qu'il y a une église mais je ne l'ai pas vu. Et aussi une salle communautaire (qui sert à l'école je crois bien), et un terrain de soccer (à coté de l'école aussi). C'est minuscule comme village. 

Arrivée au village de Quizarra

Comme je disais, le village est à 2 km de la ferme. On le marche en 1/2 heure ou si on est chanceux, un véhicule nous prend sur la route (sans même faire du pouce). Le chauffeur qui nous a pris l'autre fois, a dû avoir pitié de nous avec nos sacs à dos (vides, mais ça, il ne le savait pas... nos sacs étaient pour ramener l'épicerie).

Parce que cette semaine, on s'est payé une petite virée en ville (à San Isidro del General).  Des courses à faire.  Peut-être 20km de route, 20 minutes en auto. Mais pour nous, c'est 1h en bus.
 

6h du matin, on attend l'autobus
On a le choix entre
  • 6h du matin... et on arrive en ville à 7h. Le McDo de la place n'est pas encore ouvert, mais le Subway (clin d'oeil à Anthony) et l'épicerie le sont... c'est cependant tôt pour trimballer l'épicerie tout le reste de la journée sur son dos, sans compter que des aliments devraient rester au frais... hummm... allons donc pour un café !
  • midi et demi... il y a cependant de bonnes chances pour qu'on se fasse avoir par la pluie en pm, ce qui réduit l'agrément à visiter la ville à pied... en passant, ne JAMAIS oublier un parapluie ou un manteau de pluie (vive les ponchos du Dollorama) sinon c'est la douche !
  • ou 5h du soir - mais on devrait alors coucher là-bas parce qu'il n'y a plus de bus qui revient en soirée... fa que...
 
Fa qu'on prend le bus du matin bref. Ça prend 1h parce que évidemment, le bus fait sa 'run de lait' et prend des détours pour cueillir les passagers de la vallée. La route est cahoteuse et sinueuse mais n'est pas dangereuse. Et la vue sur la vallée est splendide.
 
 Luc attend le bus devant ce qui tient de
dépanneur et de bar La Carambola,
nommé ainsi... en l'honneur du magnifique arbre
(carambolier ?) qu'on voit.
Pour le retour, on a le choix de revenir à 11, 16 ou 18h. Mais à 18h, la marche d'une 1/2h jusqu'à la ferme se ferait à la tombée de la nuit et parait que les serpents et scorpions choisissent ce moment pour faire leur virée... alors on leur laisse l'option et on revient plus tôt !
 
 
Comme vous voyez, aller faire l'épicerie peut se transformer en une expédition d'un jour !


J'vous l'avais-tu dit, on aime beaucoup notre petite vie de campagnards, pauvres et sans autre moyen que leurs pieds et leurs bras... En fait, on adore !

 (C'est ainsi que je me fais appeler ici,
ne connaissent pas Marie... j'aime  :-)
MF :-)
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

MF et Luc, gardiens de maisons / homesitters / cuidadores de casas